Van klein tot groot!

Le modèle bien connu des fonctions de la langue introduite par le linguiste russo-américain, Roman Jakobson (1960, pp. 350-377), peut être contesté sur plusieurs motifs d`un point de vue théorique. Notre but dans ce chapitre est simplement de suggérer quelques façons d`exploiter le potentiel analytique de cet appareil. Lorsque nous analysons les fonctions de la langue pour une unité donnée (comme un mot, un texte ou une image), nous spécifions à quelle classe ou type il appartient (par exemple, un genre textuel ou pictural), quelles fonctions sont présentes/absentes, et les caractéristiques des fonctions , y compris les relations hiérarchiques et toute autre relation pouvant opérer entre elles. La contribution de Jakobson de la linguistique et des fonctions linguistiques qu`il développe, manifeste la richesse communicative de la langue elle-même. Tout discours dit beaucoup plus de choses qu`il ne semble énoncer en première instance. Grâce à la langue que nous persuadons, nous mettons en place des liens sociaux; Nous construisons nos propres réalités, etc. Son approche réalise des coïncidences et des convergences entre les étapes les plus récentes de la méthodologie de l`analyse linguistique et la façon dont la langue est considérée dans la théorie mathématique de l`information, de l`analyse d`un ensemble de concepts partagés: redondance, information, code, bruit sémantique. La présence/l`absence des fonctions et leur structure hiérarchique peuvent être utilisées non seulement pour décrire les unités, mais aussi pour les classes ou les types d`unités (par exemple, les genres textuels ou picturaux).

Pour Jakobson, ce qui caractérise la poésie et la distingue des autres genres (littéraire et textuel en général) n`est pas tant la présence de la fonction poétique que sa domination. En identifiant la configuration fonctionnelle (par exemple, en spécifiant la fonction dominante secondaire), nous pouvons créer une typologie. Jakobson reconnaît que la poésie épique – centrée sur la troisième personne, par opposition à la poésie lyrique (première personne) ou à la poésie de la deuxième personne – «implique fortement la fonction référentielle du langage» (Jakobson, 1960, p. 357) un modèle linguistique des relations interpersonnelles communication décrite en 1960 par Jakobson.